Conceptrice-rédactrice depuis bien plus de temps qu’il n’en faut à un malt pour devenir single, combien de fois ai-je entendu cette sentence, prononcée avec la conviction inébranlable de la Vérité Sans Appel ?

Cette délicate invitation à ne pas vous laisser aller à exercer votre métier, à remiser votre enthousiasme, à réviser vos ambitions « littéraires » et, par voie de conséquence, le montant de vos honoraires, mérite pourtant réponse.

Ô rage - ô désespoir, le cave se rebiffe, meurtre à la tronçonneuse ?
Ayant besoin de mettre du fish and chips dans les journaux dont d’autres, plus confiants, me chargeaient, je ne suis jamais arrivée à ces extrémités.
Pour autant, est-ce une raison de se coucher dans la position antalgique de l’aquoiboniste ?

On peut écrire sur tout

Les mêmes qui vous ont assené que les gens ne lisent pas trouveront aussi que c’est parce qu’il y a des sujets difficiles, voire rebutants.
Évidemment, si le rédacteur part du principe qu’il va s’ennuyer, il va assurément ennuyer son lecteur !
Résumer l’ardu, simplifier le laborieux, raccourcir l’alambiqué, imager le compliqué… Voilà des défis à relever ! C’est mon côté badin.

Si je m’attèle sans rechigner au labeur ingrat de la simplification de dossier, j’avoue un faible pour l’efficacité de l’exercice accroche – image – slogan. C’est mon côté propre, net et sans bavure.

Surtout pas sur le même ton

Des accessoires pour animaux au pipeline, en passant par la boîte aux lettres ou l’automobile, j’ai voyagé dans des secteurs bien différents et je n’ai aucune intention de me spécialiser :

  • J’ai bien trop peur d’attraper la jargonite : une bactérie, qui, présente à dose modérée, permet aux différentes cellules d’un organisme de communiquer rapidement et
    facilement ; mais qui, à plus forte concentration, finit par empêcher toute communication entre ces cellules et celles d’un autre organisme ;
  • Si l’habitude engendre une certaine facilité, elle ne facilite pas la créativité (dans mon cas) ;
  • Je suis spécialisée dans la transmission de message, c’est suffisant comme ça.

Revenons au mouton qui nous enrageait. « De toute façon, les gens ne liront pas ».
Malgré nos tentatives et subterfuges, il faut bien se rendre à l’évidence : certains – pas tous – ne liront pas tout. Surtout s’il y en a beaucoup.

Raison de plus pour être attentive au moindre détail et créer plusieurs niveaux de lecture pour faciliter celle-ci… Car l’important est qu’ils en lisent quelque chose.


Conceptrice-rédactrice, j’ai été dirigeante d’une agence de publicité généraliste quelques années avant d’exercer le métier de conseil en communication. Je peux donc vous proposer stratégie, conception de vos projets, rédaction, mais également direction de création visuelle et suivi de réalisation.